Prévention mycose

Sommaire

 

Il existe plusieurs remèdes pour soigner une mycose : que l'on choisisse des médicaments antifongiques ou certaines huiles essentielles, il est ainsi possible d'obtenir de bons résultats aussi bien avec un traitement allopathique qu'avec des soins naturels.

Toutefois, même une mycose bien soignée peut revenir au bout de quelques mois.

Que faire lorsque les mycoses deviennent chroniques ? Est-il possible d'améliorer son terrain par quelques gestes de prévention de la mycose ?

Importance du terrain dans la prévention des mycoses

La compréhension de la notion de terrain est fondamentale dans la prévention de la mycose.

Personnes à risque

Il est évident que certaines personnes sont plus disposées aux mycoses que d'autres :

  • les personnes au système immunitaire déficient (patients immunodéprimées, patients ayant des traitements lourds pour soigner des maladies telles que : le cancer, les problèmes cardiaques, etc.) ;
  • les diabétiques ;
  • les bébés, dont le terrain est encore fragile et les défenses pas aussi développées que chez un adulte ;
  • les personnes âgées (leur terrain est également fragilisé du fait de l'âge).

Chez ces patients, il est difficile d'éviter les mycoses à répétition, mais il leur sera toutefois souhaitable de se référer aux gestes de prévention ci-dessous.

Cas particulier des antibiotiques

Les patients qui sont soumis à un traitement médicamenteux lourd ou qui auront pris beaucoup d'antibiotiques s'exposent davantage au problème de mycoses :

  • Les antibiotiques ont pour but de détruire les bactéries qui causent la maladie.
  • Toutefois, en détruisant les bactéries en question, ils éliminent du même coup les « bonnes » bactéries : celles qui servent à éviter la prolifération anarchique des levures et freinent les mycoses.
  • Les personnes qui doivent prendre souvent des antibiotiques sont donc plus sujettes à faire des mycoses chroniques.

Prévention et causes de rechute

Les personnes en bonne santé ont un terrain qui est plus facile à soigner. Elles répondent généralement mieux aux traitements de la mycose. Cependant, même une fois le traitement antifongique terminé, la mycose peut réapparaitre pour diverses causes :

  • la prise momentanée d'antibiotiques ;
  • une alimentation trop sucrée et trop riche ;
  • un état de stress ou d'anxiété (lequel peut déclencher des crises de mycoses) ;
  • une transpiration excessive du sujet ;
  • une hyper-séborrhée, qui peut entraîner une mycose visage ;
  • la fréquentation de lieux contaminés (piscine, plage, etc) ;
  • des habitudes néfastes entraînant des mycoses (vêtements serrés, toilettes excessives, utilisation de produits agressifs).

Prévention mycose : quelques habitudes à prendre

Lorsque l'on connaît la cause qui entraîne la mycose et lorsque l'on est en mesure d'agir sur nos « mauvaises » habitudes, on pourra éliminer un grand nombre de récidives.

  • Exemple 1 : les personnes qui déclenchent essentiellement des mycoses en période de stress auront intérêt à faire plus attention et à apprendre à gérer leur stress.
  • Exemple 2 : les femmes peuvent avoir à certaines périodes du cycle des tendances à développer plus de mycoses. Il leur est alors possible de s'aider en prenant des remèdes naturels comme les tisanes, dont les plantes ont des vertus reconnues sur les mycoses ou encore de l’argent colloïdal sous forme d'ovules à prendre pendant 6 jours juste après les règles.

Plus généralement :

  • Adoptez une hygiène parfaite :
    • bien se sécher après la douche, notamment au niveau des plis,
    • éviter de partager ses affaires de toilette,
    • changer régulièrement de sous-vêtements, de chaussettes et de draps,
    • porter des claquettes à la piscine ou au spa.
  • Hydratez votre peau surtout si elle est sèche : huile de coco, huile d’argan…
  • Alimentez-vous correctement :
    • évitez les sucres et les graisses animales,
    • privilégiez les huiles végétales riches en oméga-3,
    • mangez du poisson et des légumes verts,
    • consommez de l’ail qui est un excellent fongicide.
  • Faites régulièrement de l’exercice physique, de préférence au grand air pour les ultraviolets, en prenant soin de bien vous doucher après avoir transpiré.

Peut-on améliorer son terrain par des gestes de prévention ?

Même soigné par un excellent spécialiste, une mycose peut réapparaître, en devenant une mycose à répétition. Il arrive aussi que notre terrain soit fragilisé pour diverses raisons et que l'on développe une autre mycose, d'un autre type.

Il n'est donc jamais inutile d'opter pour la prévention :

  • en connaissant son terrain et en sachant pourquoi l'on déclenche des mycoses à certains moments plus qu'à d'autres ;
  • en adoptant certains remèdes naturels lorsque l'on se sent fatigués ou stressé ;
  • en améliorant notre alimentation et notre mode de vie, etc.

Naturopathie

D'un point de vue naturopathique, on s'attachera à drainer la peau qui est un émonctoire participant à l’élimination des déchets de l’organisme.

On peut, par exemple, faire une cure de 10 jours (notamment au printemps et à l'automne) d'une décoction contenant 30 g de fumeterre, 30 g de pensée sauvage et 40 g de racine de bardane. Faire bouillir 4 cuillerées à soupe de ce mélange de plantes dans 1 litre d’eau pendant 4 minutes. Laisser reposer 4 minutes et filtrer. Boire une tasse de cette décoction matin, midi et soir durant la cure.

Bon à savoir : vous pouvez utiliser ces mêmes plantes sous forme d'extraits secs (poudre totale de plante, nébulisât…) ou en extraits fluides (extraits glycérinés, teinture mère…).

Il faudra aussi apporter à la peau éléments nécessaires à son entretien :

  • Les oligo-éléments :
    • Le sélénium : champignons, tomates, choux, brocolis, oignon, ail, orge, abats, viande, maquereau, thon, fruits de mer, œufs, produits laitiers…
    • Le cuivre : fruits de mer, noix et graines, lentilles, pois chiches, haricots rouges, céréales complètes, raisins secs, pruneaux, dattes…
    • Le silicium : pommes de terre, lentilles, betteraves, légumes à feuilles vertes, maïs, concombre, haricots verts, carotte, oignon, céleri, poireau…
    • Le manganèse : moules, huîtres, noisettes, graines de citrouille, flocons d’avoine, riz brun, ananas, thé…
    • Le zinc : viande, poisson, fruits de mer, céréales, végétaux.
  • Les vitamines A (le bêta-carotène), vitamine E (le tocophérol), vitamine C (l’acide ascorbique), vitamine B3 (le nicotinamide), vitamine D (cruciale dans de nombreuses dermatoses) ;
  • Les acides gras essentiels (oméga-3 et 6).
  • Une hydratation suffisante (au minimum 1,5 litre d’eau/jour) et la consommation d’aliments riches en eau (fruits et légumes).

Bon à savoir : vous pouvez aussi hydrater votre peau en vous brumisant les zones cutanées irritées, rouges et prurigineuses à l’eau minérale.

Ces pros peuvent vous aider

Liens rapides